Sauvons les abeilles

De l’importance de sauver les insectes pollinisateurs

La pollinisation peut être assurée par des facteurs physiques. Le vent est le vecteur principal pour 10% des plantes à fleurs dont la plupart des céréales, le riz, le maïs, l’orge et le seigle par exemple. La gravité et l’eau sont également des vecteurs, mais ils  jouent un rôle limité dans la pollinisation. Généralement la pollinisation s’effectue par l’intervention animale. Cela peut se faire au travers de petits oiseaux, de rongeurs, de marsupiaux mais essentiellement par les insectes. Les abeilles sont les insectes pollinisateurs les plus actifs et elles sont extrêmement efficaces. Leur corps est couvert de poils où des milliers de grains de pollen peuvent se fixer facilement quand elles survolent les fleurs. En une seule journée, une abeille peut visiter plusieurs milliers de fleurs transférant continuellement les grains de pollen d’une fleur à une autre. De plus, les abeilles prospectent tous les nouveaux emplacements fleuris et toutes les fleurs.

 

Les abeilles jouent un rôle crucial pour l’équilibre de nos écosystèmes et la biodiversité. Environ 4000 variétés de fruits et légumes n’existeraient pas sans la pollinisation, et 75 % de la production mondiale de nourriture dépend des insectes pollinisateurs.

 

 

Le déclin des abeilles, un fléau aux causes multiples

Depuis la fin des années 1990, les apiculteurs constatent un net recul des populations d’abeilles au sein de leurs colonies.

Les principales causes de la disparition des abeilles

Les Insecticides 

Les pesticides et surtout les néonicotinoïdes, extrêmement nocifs pour les pollinisateurs et très utilisée en agriculture conventionnelle. Ils sont interdits dans les parcs et jardins depuis janvier 2019 mais toujours utilisés en agriculture.

 

 

Les monocultures car les abeilles ont besoin d’une diversité de plantes, selon leurs besoins mais aussi pour être capable de butiner tout au long de l’année.

La disparition des bocages, haies et bordures 

À travers le monde entier, les haies, bocages et bordures sont supprimés petit à petit. Ce phénomène a de nombreuses conséquences négatives sur le monde des abeilles, car ces limitations naturelles de propriété permette d’offrir une situation de biodiversité aux abeilles ainsi qu’aux autres pollinisateurs. 

 

Un Parasite le Varroa destructor

Le Varroa destructor est un acarien parasite de l’abeille adulte, des larves ainsi que des nymphes. Ce parasite provient de l’Asie du Sud-Est. 

 

 

Les conséquences de la disparition des abeilles

La disparition progressive des abeilles est un réel danger pour l’humanité, elle peut avoir des conséquences écologiques, mais aussi des conséquences économiques, à l’échelle mondiale.

Plus de 130 types de récoltes qui sont menacées

La disparition des abeilles, qui assurent 85% de la pollinisation, aurait un impact catastrophique sur l’agriculture mondiale. Dans le cas ou les abeilles disparaîtraient, il y aurait beaucoup moins de pollinisation, ce qui signifie qu’à long terme de nombreuses plantes disparaîtront à leur tour, tel que les cultures protéagineuses et oléagineuses, les arbres fruitiers, les légumes ; les fruits. Par exemple, les pommiers, les mirabelliers, les cultures de colza, les tomates, les fraises disparaîtraient en très peu de temps.

Selon différentes études, il est estimé que plus d’un tiers des consommations humaines en fruit et légumes dépendent principalement de la pollinisation des abeilles. Certains animaux qui se nourrissent uniquement de ces plantes se verront disparaître. Dans ce cas, nous assisterons à des conséquences désastreuses sur la chaîne alimentaire.

Il est encore possible de les sauver

Il faut une prise de conscience collective pour cesser de détruire peu à peu les abeilles, car si elles n’ont pas besoin de l’homme pour vivre, l’homme, lui a besoin des abeilles pour maintenir l’espèce en vie. Tout en étant des alliées précieuses, les abeilles sont aussi un indicateur de l’état de santé de notre planète, de plus en plus dégradée par les hommes.

 

Les différents moyens à mettre en œuvre

Favoriser l’installation des abeilles

Dans nos campagnes, doivent être créés des aménagements pour favoriser l’installation des

abeilles, tels que la mise en place de bandes ou de jachères florales, de haies composites…

Il faut réintroduire les fleurs et les plantes à butiner dans nos jardins, sur nos balcons ...

Ces plantes mellifères qui produisent du nectar en grande quantité aident les abeilles

domestiques à trouver de la nourriture abondante et variée, du printemps à l’automne

et à fabriquer du miel dont une grosse partie est laissée dans la ruche pour nourrir

les abeilles pendant l’hiver.

Les abeilles ont plus que jamais besoin de nous et elles ne sont pas les seules !

les papillons et de nombreux autres insectes rêvent aussi  de butiner vos fleurs.

Et lorsqu’il y a des insectes, les oiseaux reviennent… et le cycle naturel est rétabli !

 

 

Développer l’apiculture

L’apiculteur, défenseur des pollinisateurs, agissant pour la nature, pourrait bien être

le symbole du développement durable, d’aujourd’hui et de demain.

Aider  les apiculteurs à multiplier les ruches, et donc, les chances de survie des abeilles

est de plus en plus vital, car l'apiculture a une place cruciale dans l’ensemble des activités

agricoles.

Il est également possible de parrainer une ruche avec l'association "Un toit pour les abeilles"

http://www.untoitpourlesabeilles.fr/

 

Une réglementation plus stricte devrait limiter sévèrement l’utilisation des pesticides reconnus « tueurs d’abeilles ».

 

La création d’un acaricide, pour lutter contre le varroa sans les inconvénients d’un insecticide classique est actuellement en phase d’investigation.

Quelques fleurs mellifères à planter

Le perce-neige/L’aster /La lavande /Le bleuet/La lavande /La marguerite/Le myosotis/La reine-des-prés/

Le tournesol/Le zinnia/Le cosmos/La coriandre/La verge d’or/Le zinnia/et Le lierre très utile pour les abeilles, particulièrement

à la fin de l'automne quand les fleurs sont plus rares.