Les espèces sauvages sont indispensables à l’équilibre de la nature et à notre bien-être. Près de deux millions d’espèces animales et végétales ont été identifiées à ce jour et des millions d'autres n'ont pas encore été découvertes. Cette incroyable biodiversité est essentielle à notre vie sur Terre. Or, plus d'une espèce sur trois est aujourd'hui menacée de disparition.

1 espèce animale disparaît

toutes les 20 minutes…

Nul ne peut nier l'hécatombe. Au cours des derniers siècles, l’Homme a causé l’extinction de plus de 800 espèces et selon les données officielles, environ 5000 espèces sont en voie de disparition, les effectifs ayant considérablement augmenté au cours des 10 dernières années.Entre 1970 et 2014, la Terre a perdu 60% de ses animaux sauvages, a annoncé le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans un rapport plus alarmant à chaque édition. Et le déclin de la faune concerne tout le globe.

L’ensemble du règne animal est en état d’alerte, des mammifères jusqu’aux amphibiens, en passant par les invertébrés.

Quels sont les principaux facteurs de disparition des animaux ?

D’un point de vue scientifique, l’extinction est un phénomène naturel qui se produit depuis tout temps. Cependant, notre influence et nos actions ont largement impacté sur la survie de centaines d’espèces en voie de disparition. L’action directe de l’Homme est au centre de ce problème majeur. Même s’il en existe des centaines, les principaux problèmes rencontrés sont :

 

la chasse, la pêche, le commerce illégal et l’introduction d’espèces animales non-indigènes

  • La pratique de la chasse illégale a ainsi causé la disparition de plusieurs espèces et la mise en danger de beaucoup d’autres au niveau national et mondial (lions, léopards, éléphants, rhinocéros et buffles, chinchillas…).

  • L’intense activité de pêche sur les côtes joue également un grand rôle dans la disparition d’espèces marines.

  • Le commerce des espèces animale et leur exportation à des fins scientifiques, purement décoratives (trophées, tapis…) ou pour la reproduction, ont mis en péril la faune dans certaines régions du monde.

  • L’introduction d’espèces animales non-indigènes dans certaines régions a considérablement modifié l’équilibre écologique.

  • Les prédateurs n’étant pas assez nombreux pour réguler la reproduction des espèces non-indigènes, cette situation a conduit à une concurrence avec les autres espèces.

le échauffement climatique et l'augmentation des gaz à effet de serre (CO2)

L'utilisation massive de combustibles fossiles, l'agriculture, l'élevage intensif, l'utilisation d’engrais, la surexploitation, la destruction massive des forêts… Autant d’activités humaines qui augmentent la concentration des gaz à effet de serre et provoquent un réchauffement climatique qui bouleverse les écosystèmes de manière dramatique :

  • Fonte des glaces

  • Pollution

  • Désertification

  • Augmentation du niveau de la mer

  • Aggravation de l’intensité des catastrophes naturelles

Ces modifications, visibles partout sur la planète, ont des conséquences dramatiques sur la faune. 

Voici une courte liste des animaux tristement emblématiques de cette situation.

Le tigre est l’un des animaux les plus menacés dans le monde, chassé pour sa fourrure, ses yeux, ses os et même ses organes. Sur le marché illégal, sa peau peut coûter jusqu’à 50.000$. La chasse et la perte de son habitat sont les principales raisons de sa disparition.

Les tortues : présentée comme la plus grande tortue du monde, la tortue Luth, est capable de nager dans le monde entier, des tropiques jusqu’aux régions polaires. Elle profite de cette grande tournée pour se mettre à la recherche d’un nid et de nourriture pour ses petits. Mais depuis les années 80, sa population est en chute libre, passant de 150.000 à 20.000 spécimens recensés. Les tortues confondent souvent les plastiques flottant dans l’océan avec de la nourriture, qui finissent par provoquer leur mort.

L’éléphant de Sumatra est un animal majestueux mais l’une des espèces les plus menacées de tout le règne animal. En raison du braconnage pour ses défenses, d’une chasse incontrôlée et de la déforestation, il risque de disparaître au cours des vingt prochaines années.

​​

Sauvegarder les animaux sauvages n’est pas une option mais une nécessité vitale pour notre propre survie.

Dans la Nature, tout est parfaitement en équilibre : tout est vivant, tout est lié. Et dans ce contexte, nous, l’Homme, sommes le dernier maillon des écosystèmes !

Etant donné l’urgence et les enjeux pour notre propre survie, la protection de la faune passe par la connaissance, l’éducation, la compréhension àtous les âges de la vie. La protection de la biodiversité et le développement durable doivent être des matières enseignées à l’école, sur le terrain…

Plus la prise de conscience est forte, mieux chacun mesurera la portée de ses actes au quotidien.

Les solutions

L’OMPE (ONG Environnementale) créée afin de défendre concrètement les causes environnementales mondiales comme le maintien de la biodiversité (espèces en voie de disparition), le réchauffement climatique, les pollutions (insecticides, plastiques, radioactivité, etc…), la qualité de l’eau et de l’air, de l’atmosphère, la protection des forêts, propose le code mondial de protection de l'environnement

1- Éducation à la protection de la biodiversité : vers une école de la Nature

Etant donné l’urgence et les enjeux pour notre propre survie, l’éducation à la protection de la Nature ne doit plus être limitée à des ateliers – aussi intéressants soient-ils – proposés par des Associations et ONG lors d’événements.
La protection de la faune passe par la connaissance, l’éducation, la compréhension à tous les âges de la vie. La protection de la biodiversité et le développement durable doivent être des matières enseignées à l’école, sur le terrain…

Plus la prise de conscience est forte, mieux chacun mesurera la portée de ses actes au quotidien…

2- Création du CMPE : Code Mondial de Protection de l’Environnement

Nous ne voulons plus de lois isolées, plus de directives qui peuvent être contournées en jouant sur les mots, plus d’interdictions qui sont appliquées àcertains et pas à d’autres.

L’objectif est de créer un Code Mondial de Protection de l’Environnement prenant en compte les écosystèmes dans leur globalite, la totalité des milieux et la diversité des espèces, et intégrant les populations locales dont la subsistance dépend de la Nature. Un code commun que personne ne serait exempt d’appliquer, à commencer par les gouvernements.

3- Création d’une génothéque mondiale

L’objectif est de pouvoir rassembler au sein d’une “bibliothèque” géante les ADN de toutes les espèces menacées ou en voie de disparition, afin de pouvoir les recréer à l’avenir lorsque la technologie le permettra.

4- Supers drones : faune sous haute protection

L’idée est de financer et mettre en place un projet de drones comme celui de “Ranger Drone Project”. Ces drones permettront de surveiller d’immenses étendues, véritables réservoirs de faune sauvage mais également terres de prédilection des braconniers.

Ces drones détecteront les activités suspectes et les braconniers avant qu’ils ne passent à l’acte. Ils enverront un signal instantanément aux Rangers qui pourront intervenir rapidement. Ces drones seront aussi capables d’orienter les animaux vers les espaces et réserves sécurisées.

Ce type de solution est dejà en test, notamment au Kenya et en Tanzanie et les résultats montrent une réduction conséquente du braconnage. Le généraliser à l’ensemble des réserves de faune sauvage permettrait de faire reculer le braconnage.

5- Des moyens à la hauteur de l’urgence

Il est nécessaire que les rangers puissent lutter “à armes égales” contre ceux qui agissent contre nature : salaire à la hauteur du risque encouru, équipement adapté, équipes formées en nombre suffisant de jour comme de nuit, mission valorisée…

6- Création de Réserves Naturelles Super Protégées